Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

13/07/2013

"D'ici" ou l'esprit locavore!

Il y a six semaines, ouvrait à Naninne “D’ici”, supérette gourmande servant de trait d’union entre producteurs locaux et consommateurs. Rencontre avec son créateur, Frank Mestdagh.

d'ici,supermarché locavore,produits locaux,artisans wallonie


26 mais 2013. Au lendemain de l’inauguration de “D’ici”, un “supermarché” d’un genre nouveau, son créateur Frank Mestdagh est au four et au moulin  ! C’est qu’il faut répondre aux demandes des clients, régler les petits pépins techniques, inévitables les premiers jours, ou recueillir de bon cœur les félicitations de quelques amis de passage. Car il en a fallu de l’énergie à cet entrepreneur ambitieux pour mettre sur pied ce magasin innovant, proposant quasi exclusivement des produits gourmands locaux !

d'ici,supermarché locavore,produits locaux,artisans walloniePhoto Jean-Luc Flémal

Avec un nom comme le sien, on se doute que Frank Mestdagh n’est pas un inconnu du secteur de la distribution. Il a travaillé de 1994 à 1999 pour le groupe familial, en tant que directeur achat produits frais, avant de poursuivre sa carrière chez Côte d’Or puis chez Cap Gemini Ernst & Young, où il était en charge des clients alimentaires. Il a ensuite travaillé pendant 10 ans pour LS Frais, société de découpe et d’emballage des salaisons ardennaises. Une boîte dont il a repris les rennes, un temps, tout en sachant qu’il s’agissait d’une transition : “Je souhaitais créer un projet-plaisir, vis-à-vis de mon équipe, du lien avec les producteurs et travailler avec des produits peu transformés. Car les charcuteries industrielles, c’est plus de la chimie. Cela ne correspondait plus à mes valeurs, à ma philosophie...”

d'ici,supermarché locavore,produits locaux,artisans walloniePhoto Jean-Luc Flémal

Dès 2005, il entame une réflexion sur les produits frais suite à la lecture d’un article du "Soir" intitulé “Le tour du monde en 80 plats”, qui disséquait divers plats pour identifier la provenance de leurs ingrédients. C’est là qu’il comprend qu’il faut changer les choses, revenir à quelque chose de plus local ! “Il fallait repartir sur le principe de l’épicerie au lendemain de la Guerre, c’est-à-dire travailler avec les produits à disposition. Lorsque je travaillais chez Mestdagh, les produits venaient d’Afrique du Nord, d’Israël… Mais aujourd’hui, ils viennent d’encore plus loin ! Il y a pourtant de bonnes choses chez nous, même si les saisons sont parfois courtes. Un des producteurs avec lesquels on travaille va par exemple se mettre à faire du melon. Tandis qu’on propose les pâtes fraîches du chef Olivier Bourguignon du “D’Arville” (La pâte fraîche d’Olivier, NdlR). Les gens doivent seulement accepter le fait que la durée de vie de certains produits est courte, voire très courte…”

d'ici,supermarché locavore,produits locaux,artisans wallonie

“Il fallait juste faciliter l’accès aux produits locaux, comme cela a été fait pour les produits bio”, poursuit M. Mestdagh. L’inspiration lui est venue en janvier 2009, lors d’une visite de la Ferme du Sart, créée à Villeneuve d’Ascq par le fils du fondateur de Decathlon. Soit un magasin proposant, sur 1 100 m², des produits provenant de 75 fournisseurs régionaux, dont 30 agriculteurs, et avec, sur place, des serres pour faciliter l’approvisionnement en légumes frais. Un lieu à l’engagement clair  : vendre plus de 50 % de produits locaux ! Une promesse reprise à son compte chez “D’ici”, dont la moitié de l’assortiment provient de producteurs situés à moins de 50 km. Tandis que le jeune patron ambitieux rêve déjà de pouvoir louer ou acheter les terres avoisinantes pour produire ses propres fruits et légumes à Naninne…

Mais quand on lui demande si sa démarche est locavore, Frank Mestdagh prend des pincettes : “Je ne vais pas cracher dans la soupe avec le nom que je porte… Mais ce n’est pas parce que c’est local que c’est bon et ce n’est pas parce que c’est industriel que c’est mauvais… Ce que je souhaite avec ce projet personnel, c’est contribuer à créer du lien entre producteurs et clients. Contribuer à favoriser l’émergence d’un comportement d’achat en faveur des produits locaux.”

d'ici,supermarché locavore,produits locaux,artisans wallonie

Une démarche dans l’air du temps, qui commence également à faire réfléchir les grandes enseignes. “En Belgique c’est compliqué, estime cependant M. Mestdagh. Carrefour a deux centrales d’achat, qui alimentent tous les magasins en Belgique, il est donc normal que l’assortiment soit le même pour tous les magasins. Les indépendants franchisés, par contre, reçoivent l’approvisionnement de la centrale mais peuvent parfois faire appel, en plus, au local. C’est Intermarché qui travaille le mieux avec les produits locaux. Mais il y a deux difficultés majeures en Belgique. En Wallonie, les producteurs n’ont pas beaucoup de volume et ne sont pas structurés pour se développer. Tandis que la densité des magasins est énorme et la distribution très centralisée.”

d'ici,supermarché locavore,produits locaux,artisans wallonie

Pour l’instant, “D’ici” vend les produits de 90 artisans, fermiers... essentiellement wallons. Même si l’on repère quelques fruits et légumes ou produits d’épicerie de consommation courante venus de plus loin (citrons non traités d’Italie, bananes bio et équitables du Pérou…). Mais chaque produit est goûté avant de se retrouver en rayon. “On sélectionne des produits de “gros” producteurs, comme les fruits et légumes de la ferme Vrancken ou les fromages du Gros Chêne par exemple, explique M. Mestdagh. Mais aussi ceux de très petits producteurs, où il n’y a pas beaucoup de volume, voire quelques pièces seulement par semaine.” Dominique et Marc Lehaire, par exemple, qui produisent des œufs plein air à Assesse, viennent de se lancer dans la production de yaourts. “On en a acheté 120, ça a bien marché. On va donc passer une nouvelle commande…” “Le plus difficile, poursuit M. Mestdagh, c’est de professionnaliser les producteurs car ils n’ont pas l’habitude; certains produits nous parviennent toujours sans code-barres… On leur explique nos contraintes, on les aide aussi à améliorer l’aspect marketing de leurs produits, le packaging, etc.”

La durabilité, l’un des critères de sélection des produits,  est un aspect important du projet “D’ici”. Le bâtiment du zoning de Naninne a été transformé de manière écologique. Les installations de froid, notamment, ont été réalisées à base de CO2 et non de fréon. “C’est plus cher mais on récupère la chaleur produite par le refroidissement pour chauffer le magasin”, précise M. Mestdagh. Parking drainant, isolation en laine de bois, éclairage naturel… Tout a été pensé dans une perspective écologique. Bientôt, une politique responsable de traitement des déchets et des invendus sera également mise en place.

d'ici,supermarché locavore,produits locaux,artisans wallonie

Mais Frank Mestdagh voit déjà plus loin... Son projet comprend quatre axes  : la promotion des producteurs et des produits, la commercialisation (détail), la distribution (gros) et la transformation des produits locaux… “C’est un projet qui a demandé de gros investissements. Je travaille depuis deux ans et demi sans m’octroyer de salaire… Il faut que nous fassions du volume, pour nous, mais aussi pour les producteurs. Car un produit frais, ça n’a pas une longue durée de vie. Donc, pour absorber les frais de transport, il faut faire du volume…” Frank Mestdagh envisage par exemple de devenir une sorte de plate-forme d’approvisionnement pour alimenter des magasins à la ferme. “Aujourd’hui, la vente directe à la ferme représente une infime part de marché (1,5 %). Elle ne demande qu’à grandir. Il n’y a pas de concurrence avec ce que l’on propose ici car les structures sont différentes. On va chez le producteur une à deux fois pour découvrir ses produits puis on va au supermarché car c’est plus facile. On ne veut pas tout le gâteau, le marché alimentaire est énorme…”

Toujours dans la même logique de grossiste, M. Mestdagh envisage également de faire de “D’ici” le relais entre les producteurs et les restaurants ou les industriels, en trouvant par exemple des fraises locales pour quelqu’un qui souhaiterait fabriquer une confiture spécifique. “C’est un magasin pilote; il fait 3 500 m² et on n’occupe pour l’instant que 600 m². Mais il est entièrement modulable et peut grandir. On a aussi des pistes d’expansion, à Gembloux par exemple, et des contacts avec le GAL de Nandrin, car la culture du terroir est très forte à Liège.”

d'ici,supermarché locavore,produits locaux,artisans wallonie
Photo Jean-Luc Flémal

Dans quelques jours, “D’ici” aura son stand à la Foire de Libramont pour faire connaître le projet aux producteurs et leur expliquer la démarche. Gageons que ce supermarché pas comme les autres pourra, à terme, ouvrir d’autres points de vente un peu partout en Wallonie pour remettre en avant notre patrimoine gastronomique local !

Promenade au gré des rayons à la recherche des meilleurs produits locaux...

Recettes locavores 

Envie d'y faire un tour?

  • D'ici. N4 – 940 ch. de Marche, 5100 Naninne.
    Ouvert tous les jours de 8 h 30 à 19 h, à partir de 12 h 30 le lundi et jusque 12 h 30 le dimanche.
    Rens. : 081.84.82.09 ou www.d-ici.be. 

d'ici,supermarché locavore,produits locaux,artisans wallonie

Autres bonnes adresses en Condroz...

Rendez-vous dans "La Libre"

Cet article est le dernier d'une série de six reportages publiés le samedi dans le supplément "Momento" de "La Libre Belgique" qui, un peu partout en Wallonie, partent à la rencontre de six producteurs passionnés. Agrémentés de recettes réalisées à partir de leurs produits, ces articles seront rassemblés dans un supplément spécial, publié dans "La Libre Belgique" du 18 juillet prochain à l'occasion de la Foire de Libramont.

Commentaires

Je souhaiterais recevoir la liste de vos produits
Bien a vous.
.

Écrit par : Caytan | 17/01/2014

Répondre à ce commentaire

pourriez vous m'envoyer un apercu de vos produits.merci
j'aimerais connaitre.

Écrit par : Caytan | 17/01/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire