Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Bon Bon: un nouvel écrin pour Christophe Hardiquest

Pin it! Add to Flipboard Magazine. Imprimer

Christophe Hardiquest est un des jeunes chefs bruxellois incontournables. Et son “Bon Bon” commençait à devenir un peu étroit au vu de cette notoriété. Longtemps évoquée, la piste de la reprise du restaurant de Jean-Pierre Bruneau est finalement tombée à l’eau. C’est donc à Woluwe-Saint-Pierre, dans l’ancien “Trois couleurs” de l’avenue de Tervueren, que le chef et sa femme Stéphanie ont déménagé leur petit “Bon Bon” étoilé.

Bon Bon 8.jpgBon Bon 20.jpgBon Bon 22.jpg

Pour les habitués de l’ancienne adresse uccloise, la première impression est celle d’espace. La grande salle élégante jouxte la cuisine, entièrement ouverte. Les confortables chaises du bar sont d’ailleurs une place de choix pour assister au ballet des cuisiniers, réglé par un Hardiquest proche de sa brigade, jamais avare d’un compliment si le travail est bien fait. Sur l’immense plan de travail blanc, chaque assiette est en effet construite comme un puzzle, avec une attention toute particulière pour cette pousse de basilic qui apportera la touche finale.

Bon Bon 132.jpgBon Bon 140.jpgBon Bon 64.jpg

Amoureux des produits (95 % de ses légumes sont bio, sortant notamment de son potager de 6 ha installé à Dour et dont s’occupe son beau-frère) Hardiquest a pensé sa nouvelle carte autour de quelques ingrédients nobles : homard breton, lotte de St Guénolé, canard au sang de chez Burgaud…Pas plus d’indications car, comme dans ses menus légèrement plus abordables (du Marché 3 serv. 67€, Impro 5 serv. 110€ et Passion 7 serv. 140€), le chef joue la carte de l’impro en fonction des saisons et des arrivages dans son nouveau ”salon d’artisan cuisinier”.

Bon Bon 28.jpgBon Bon 26.jpg

Mais il n’a rien perdu de sa touche, allant désormais à l’essentiel tout en osant des mariages audacieux. Comme dans cette belle langoustine du Guilvinec, parfaitement rôtie et servie sur un lit de parmesan mariné au single malt, qui cache une simple tomate confite. Une réussite totale. Et si le dressage est parfois un peu confus, son tartare de dorade royale et carpaccio d’huître Perle blanche propose un accord parfait, relevé d’une espuma au wasabi et d’un granité de radis.

Bon Bon 102.jpgBon Bon 114.jpg
Bon Bon 174.jpgBon Bon 149.jpg

Grand classique d’Hardiquest, le foie gras aux baies de genévrier cuit en coque d’argile offre une texture incroyable et des parfums puissants. Tandis qu’il s’amuse avec cet agneau de Sisteron basse température, fondant en bouche, qui se marie divinement à un petit crumble de fromage de chèvre, une gelée de piquillos et un simple jus d’agneau.

Autre classique de la maison, le bol de cerises, friand aux pistaches, glace à la fève tonka et espuma de kriek est un dessert de cuisiner plein de saveurs. Tout comme cette belle assiette de gariguettes et granité de basilic.

Bon Bon 183.jpgBon Bon 179.jpg
Bon Bon 185.jpgBon Bon 127.jpg

Rien à redire, avec des propositions comme celles-là, Hardiquest joue décidément dans la cour des grands. Cela s’en ressent d’ailleurs au moment de l’addition, assez salée si l’on ne prend pas garde aux vins (jolie sélection franco-espagnole à déguster à l’aveugle avec chaque plat à 10€ le verre) et si l’on craque pour le plateau de fromages franco-belges (18€)… Mais pas de regret pour autant. Si “Bon Bon” a déménagé, l’esprit est le même et Hardiquest semble enfin avoir trouvé un lieu à sa mesure pour exprimer sa créativité.

Bon Bon 58.jpg

Cette critique a été publiée dans "La Libre Belgique" du 25 juin 2011.

Envie d'y goûter?

  • Cote: 8/10.
  • Cuisine: française.
  • Cadre: élégant.
  • Cave: belle carte des vins française et espagnole.
  • Terrasse: jardin.
  • Parking: non.
  • Adresse: 453 avenue de Tervueren 1150 Bruxelles.
  • Rens.: 02.346.66.15 ou www.bon-bon.be.
  • Ouverture: fermé samedi, dimanche et lundi midi et du 21 juillet au 10 août.
Bon Bon 5.jpg

féminin.gifLa fille: "J'ai tout simplement adoré le plat avec la langoustine et le parmesan et l'autre avec l'agneau ultra-fondant! Il y a juste parfois quelques imprécisions dans le dressage des assiettes qui ne sont pas toujours à la hauteur de la cuisine très gourmande d'Hardiquest. Mais je chicane..."

masculin.gifLe garçon: "Ce n'est pas la première fois que je goûte la cuisine de Christophe Hardiquest mais il a vraiment trouvé dans cette nouvelle adresse un lieu à sa mesure. C'est en tout cas le meilleur repas que j'ai fait chez "Bon Bon"."

Commentaires

  • Nous avions prévu depuis longtemps une visite dans ce restaurant, votre critique nous a convaincus...
    Un régal tout simplement! Rien que pour la daurade et les langoustines, on y retournerait tous les jours ;-) Nous avons été moins convaincus par l'agneau quoique le brûlé d'aubergines était étonnement goûteux.
    Mais quelle surprise au 2ème dessert avec un confit de zestes de citron, panna cotta au lait battu et glace à la coriandre, surprenant mais vraiment vraiment délicieux!

Les commentaires sont fermés.