Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Le restaurant chinois aux 1000 délices

Pin it! Add to Flipboard Magazine. Imprimer

Le programme promettait de mettre en appétit, il laisse un peu sur sa faim. Dans Le restaurant chinois aux 1000 délices diffusé demain soir à 22h sur La une, le Britannique Lawrence Elman s’intéresse au “West Lake”, le plus grand restaurant du monde, situé dans la province chinoise du Hunan. Il est vrai que les chiffres donnent le tournis : 800-1 000 employés, dont 300 chefs, 5 000 clients potentiels, 700 poulets par jour, 1,7 tonne de porc, 200 serpents... Pourtant, le docu ne se fait guère passionnant, s’éparpillant finalement dans 1001 directions sans parvenir à trouver de fil conducteur. Même si, à travers cet incroyable microcosme, le cinéaste parvient à capter quelques vérités sur la société chinoise contemporaine.

Resto.jpg

Commentaires

  • "le docu ne se fait guère passionnant" => pour ma part, j'ai été captivé.

    "s’éparpillant finalement dans 1001 directions sans parvenir à trouver de fil conducteur" => le développement économique par la force du travail, un pays en plein essor économique et cette envie de faire dans la démesure pour se valoriser. Le reflet qu'on ne peut exister que dans le paraitre.

    Pour ma part, j'ai pas bien saisi la conception philosophique de la gérante du restaurant. Exploiter les gens, l'envie de dominer les autres, la mort de tant d'animaux... et ça se prétend bouddhiste ?

    Et puis il y a l'image de la "plonge". J'ose espérer que pour 5000 convives potentiels, ils ne sont pas limités à quelques bassines remplies d'eau à même le sol.

  • Merci pour votre avis...
    Peut-être ai-je été un peu abrupt dans ma critique.
    Disons que j'aurais préféré que le cinéaste reste plus sur son sujet, le restaurant. Certaines histoires annexes ne me semblent franchement pas apporter grand-chose à son sujet... Même si, effectivement, on en apprend pas mal sur la mentalité chinoise d'aujourd'hui.
    C'est surtout vrai dans la seconde partie du documentaire.

Écrire un commentaire

Optionnel